Je m’appelle Alexandre Marteau, je suis hypno-thérapeute dans l’Oise à Clermont.

Photo d'Alexandre Marteau, hypnotiseur dans l'Oise

J’ai la trentaine, je suis marié, père de deux enfants et je vis dans l’Oise depuis toujours (Hauts-De-France / Picardie situé au Nord du Val d’Oise) .

J’ai fait le début de ma carrière professionnelle dans les systèmes d’informations. Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que je suis avant tout une personne comme tout le monde. Et je crois aussi que comme tout le monde, je ne ressemble à personne.

J’aime pratiquer l’hypnose car je trouve ça passionnant ! Je suis très curieux concernant tout ce qui touche à la compréhension de soi et de notre propre fonctionnement.

J’aime aidé les gens et je suis toujours halluciné de voir les capacités et les ressources inexploitées chez eux !

Comment je suis devenu hypnotiseur

Je suis un grand curieux, avec l’envie permanente d’apprendre et surtout de découvrir beaucoup de choses.

Ma première rencontre avec l’hypnose s’est faite après l’adolescence, c’était un livre écrit par Olivier Lockert et prêté par ma sœur.

J’ai tout de suite eu envie d’apprendre. En parallèle, je me suis dis que se serait intéressant de faire une séance d’hypnose pour démarrer un travail personnel. Mais, j’ai attendu de rencontrer les bonnes personnes pour me lancer.

Entre temps, je me suis tourné vers un thérapeute « classique ». En effet, je souhaitais me débarrasser de quelques casseroles pour me sentir bien dans mes baskets d’une part et dépasser mes limites dans le travail et le sport d’autre part.

Eh non désolé, je ne suis pas un moine tibétain et je n’ai pas « encore » atteint l’illumination ! Je me suis bagarré quelques années avec mon rapport à la nourriture, certaines angoisses ou la « peur de gagner » quand je faisais des compétitions sportives !

Grâce à cette thérapie classique que je ne citerai pas, j’ai découvert des choses intéressantes, cela m’a aidé à comprendre l’origine de mes problèmes mais pas à les résoudre. Ils étaient toujours aussi présents, voir même plus pour certains.

Comme je suis têtu et qu’entre temps on m’a donné l’adresse d’un hypnotiseur qui m’a inspiré confiance, j’ai franchi le pas !

Et là, grâce à l’hypnothérapie, coup de baguette magique ! Le crapaud s’est transformé… Non pas du tout 🙂 J’ai fait 4 ou 5 séances. Au premier abord, c’était difficile de dire si c’était aussi efficace qu’on le dit mais impossible de nier que l’hypnose avait remué beaucoup de choses.

Pour ma part, c’est au bout de quelques semaines que j’ai vu une vraie différence.

A l’époque, j’en ai fait une conclusion très personnelle : « c’est une discipline étrange, peu conventionnelle, j’ai rien compris à ce qu’il m’a fait cet hypno mais les casseroles ont disparu ! Trop bien ! »

Et depuis, j’ai atteint l’illumination et je suis devenu un saint… Euh non plus !

Depuis j’ai la pêche, j’ai plein de projets. Et quand je n’ai pas la pêche, que j’ai un passage à vide à cause des aléas de la vie ou du stress, je fais de l’auto-hypnose. Régulièrement, je vois aussi des « confrères » hypnothérapeute pour dégager ces nuages à grands coups de pieds aux fesses !

Mon parcours

En quelques mots, avant d’apprendre l’hypnose j’étais consultant en système d’informations.

Je rencontrais les gens, ils me racontaient leur problème (informatique) et je les aidais à mettre en place une solution (informatique) efficace.

Puis, j’ai appris l’hypnose de rue par moi-même (vidéos et livres), pour arriver ensuite à une formation de praticien en hypnose ericksonienne.

D’ailleurs, c’est important pour moi de continuer à suivre au moins une formation tous les ans pour faire évoluer mes connaissances et mon savoir-faire en tant qu’hypno-thérapeute.

Mes passions

Le sport, le sport et mon fils.

Grâce à l’auto-hypnose et à la PNL (programmation neuro-linguistique) j’ai découvert comment on pouvait se surpasser dans le sport : baisser le niveau de stress pendant une compétition, atteindre ses objectifs, dépasser ses limites…

Type d’hypnose utilisée et éthique

J’utilise la version ericksonienne, parfois appelée « moderne ». Depuis la mort de Milton Erickson, elle s’est enrichie de la PNL et de nombreux apports (Rossi, Dilts, Bandler, Grinder…).

Je pratique aussi le RITMO (inspiré de l’EMDR).

J’ai été formé à l’ARCHE, dirigé par Kevin Finel.

Dans mon cabinet d’hypnothérapie de l’Oise, le secret professionnel est de rigueur !

Pour les problèmes de santé, je demande toujours aux clients qui ne l’auraient pas encore fait de voir un médecin avant.

Pour en savoir plus, consultez le code de déontologie.

Retrouvez le détails sur les applications dans l’article dédié à quoi sert l’hypnose.